Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 18:18

Les résultats des votes pour mon blog sont tombés : non je n'ai pas gagné mais je me place malgré tout 28e sur une sélection de 100 blogs ! J'avoue que je suis très fier de ce résultat. Rien que le fait d'avoir été sélectionné était très bien mais ces résultats montrent bien l'intérêt que vous me portez.

 

Alors MERCI à tous pour tout !!!

 

 

 

 

Tous les résultats sont ici.

Repost 0
Published by Laurent - dans Ma vie
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 19:30

Récemment, je vous avais dit que la Senelec avait décidé de communiquer et d'instaurer (enfin) un système de planification des délestages. 5 jours après, où en sommes-nous ? C'est tout simplement pire qu'avant ! Les coupures sont incessantes et durent très longtemps (12h, 16h voire 19h selon les quartiers). Le planning n'est absolument pas respecté. C'est toujours autant du foutage de gueule, et les émeutes ont recommencé. Bref, on commence à se demander si la situation ne va pas amener à la même histoire que elle qui vient de se passer en Tunisie. On n'y est pas encore mais cela pourrait vite déraper.

 

Voici ce qu'en dise les médias.

 


 

Voilà plus de dix ans que dure la distribution hasardeuse de l’électricité au Sénégal. Face aux caprices de la Société nationale d’électricité (Senelec), les populations manifestent de plus en plus violemment contre les coupures de courant. Surtout après la publicité mensongère de la société à propos des délestages tournants.

 

Après avoir promis maintes fois la fin des délestages sans jamais y parvenir, la Senelec a sorti un communiqué, dans certains médias de la place, pour indiquer le planning des délestages tournants dans tous le pays, pour ne pas dire le début du "rationnement de l’électricité". Une publicité qui s’est révélée dans la réalité mensongère, puisque tous les quartiers qui étaient censés disposer de l’électricité à certaines heures, n’en avaient pas pour une longue période tandis que d’autres qui étaient prévus pour être délestés disposaient du courant. C’est le cas dans les Sicap Sacré-Cœur où les délestages ont duré dix-neuf heures entre le mardi à 6 h du matin et le mercredi à 6 h du matin. Même cas de figure sur la route du Front de terre où les habitants ont été privés hier d’électricité de 2 h du matin à… 21 h. Une situation similaire a été vécue aux Sicap Liberté et à Baobab, pour ne citer que ces quartiers.

 

"Cette information publiée dans la presse est fausse. La Senelec ne respecte pas ce planning. Je suis à Baobab. Depuis midi, je n’ai pas d’électricité et elle risque de revenir vers 19 h. La Senelec n’a rien planifié, c’est du mensonge", tonne Jean-Paul Dias, lorsque que nous l’avons eu au bout du fil. Pour lui, le problème de la Senelec, contrairement à ce qu’on dit, n’est pas lié à des machines vétustes en panne ou de combustible de mauvaise qualité. "Le problème de la Senelec, c’est un problème de gestion. Elle n’arrive plus à payer ses fournisseurs en combustible parce que l’argent de la Senelec est utilisé pour payer les salaires, les voyages ou pour faire autre chose. Conséquence, la Senelec ne garde pas son argent dans les banques qui ne lui font plus confiance. Pourtant, cela ne devait pas arriver si l’argent de la Senelec était bien géré. Parce que, chaque mois, la Senelec a 45 milliards car si certains clients paient ce mois, d’autres paient le mois d’après. Or la masse salariale de la Senelec ne fait pas plus de 3 milliards. Le reste de l’argent des fractures devait rester dans les banques pour permettre à la Senelec d’acheter encore du combustible pour un mois. Malheureusement ce n’est pas le cas", fulmine-t-il.

 

D’après Jean-Paul Dias, les coupures intempestives d’électricité sont voulues par le gouvernement. "Si le gouvernement veut qu’il y ait de l’électricité en permanence, il va le faire. Durant le Fesman, on avait de l’électricité en permanence. Cela prouve que ce n’est une question de panne ou de combustible, mais de volonté", fait-il remarquer.

Pour l’ancien ministre et premier secrétaire du Bcg connu pour son franc-parler, pour solutionner la crise de la Senelec, il faut un directeur qui a "assez de c.. pour dire que l’argent de la société n’ira nulle part". Sans quoi, le problème va durer, voire empirer. Et de noter que malgré la nomination de Cheikh Tidiane Mbaye comme Pca de la Senelec, les problèmes demeurent simplement parce qu’il n’est pas dans l’organe de décision.

 

En attendant, les Sénégalais qui ont bu le calice jusqu’à la lie continuent à vivre dans le noir, des secteurs entiers de l’économie sont aujourd’hui sinistrés à cause de la distribution hasardeuse de l’électricité avec des coupures de 10 à 19 heures de temps. "Ceux qui avaient acheté des groupes électrogènes ne peuvent plus continuer. Parce qu’un groupe, c’est pour dépanner deux ou trois heures, mais quand des coupures font douze heures de temps, ce n’est pas possible", dixit Jean-Paul Dias. Avant d’ajouter que cette situation fait fuir les investisseurs. "Parfois, tu es sur Skype, tu discutes avec un investisseur et, tact, le courant part. Mais il va se dire que tu habites dans une brousse. Même en Gambie, il n’y a plus de coupures d’électricité", ironise-t-il.

 

Dans les quartiers populaires comme Fass, Médina, Gueule Tapée, le rationnement de l’électricité, pour ne pas dire l’absence de courant, fait partie du quotidien des populations. Le degré d’exaspération des clients est immense. Pour Alioune Ngom, habitant de la Gueule Tapée, "la Senelec est tout simplement nulle. Les clients n’ont plus de prestations. Et il s’y ajoute que lorsque les factures arrivent, elles sont surestimées. Au point qu’on n’arrive plus à payer. La Senelec est devenue un fossoyeur de l’économie", accuse-t-il. Pour illustrer son propos, il raconte qu’un de ses amis qui avait ouvert un cyber café, a mis la clef sous la porte parce que son cyber qui était en permanence privé de courant, n’attirait plus personne. Conséquence, il a été obligé de vendre les machines et se tourner vers autre chose. "Il restait plus de douze heures sans avoir de l’électricité", témoigne-t-il.

 

En échos, Charles Cissé, habitant la Médina, déplore le "mensonge" de la Senelec. "C’est une société comme les autres qui peut avoir des problèmes. Mais ce qu’on ne comprend pas du tout, c’est que la Senelec n’a pas dit la vérité à la population depuis le début. Finalement, la population considère que c’est de l’incompétence. La Senelec n’a jamais respecté ses promesses", se désole-t-il.

 

A Fass comme à la Médina et à la Gueule Tapée, ce sont les petits métiers qui sont les plus sinistrés. Selon certains tailleurs et menuisiers, il arrive fréquemment qu’ils n’aient rien à donner comme dépense quotidienne à cause des longues coupures d’électricité. Dans certaines localités de l’intérieur comme à Mbour, les coupures d’électricité sont à l’origine du manque d’eau dans des quartiers de Darou Salam, Oncad et Guinaw Rail. Parce que les forages qui alimentent les robinets fonctionnent à l’électricité. Or, c’est à Mbour que la distribution de l’électricité est la plus hasardeuse dans tout le Sénégal. Ce qui était à l’origine de plusieurs émeutes cet été dans la capitale de la Petite Côte lors de la Coupe du monde.

 

Source : Wal Fadjiri

Auteur : Mamadou SARR

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 19:27

Il y a 2 ans presque jour pour jour, j'étais à Arcachon en compagnie de certains qui se reconnaîtront :

 

23 - Arcachon

Repost 0
Published by Laurent - dans Jeudi photo
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 20:42

Quand j'étais petit, j'adorais cette chanson. Et puis, l'interprétation est tellement mignonne que cela vaut le coup d'être entendu en entier.

 

 

Repost 0
Published by Laurent - dans Humour
commenter cet article
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 00:19

Si les péripéties électriques n'existaient pas au Sénégal, la vie manquerait vraiment de piment. Alors, on dit tous ensemble : "Merci la Senelec pour nous permettre d'alimenter nos conversations !!!".

 

Donc, suite aux très nombreux délestages de la semaine dernière avec pour paroxysme mercredi dernier où tout Dakar n'a pas eu de courant ce qui a engendré de multiples manifestations (c'était ici), la société a enfin décidé de communiquer plus amplement sur la situation.

 

Je vous joins une partie de son communiqué :

 

 

Chers clients,

 

La fourniture d’électricité continuera à être perturbée pendant quelques semaines encore. Cette situation résulte d’un déficit de production dû à l’exécution du programme annuel de maintenance de nos groupes et à des difficultés d’approvisionnement en combustible.
C’est ainsi que des coupures sont programmées selon trois tranches A, B et C. Les clients concernés par ces tranches pourraient subir des interruptions de service de façon tournante suivant quatre plages horaires (06h-12h, 12h-18h, 18h-24h et 00h -06h).
Toutefois, ce programme pourrait être modifié en cas d’évolution significative de la disponibilité des groupes (panne subite ou retour anticipé d’unités de production). Aussi, nous comptons sur votre collaboration pour une utilisation rationnelle de l’énergie électrique par tous.
Nous vous invitons à cet effet, à éteindre les lampes des pièces non fréquentées et à débrancher, si possible, certains appareils électriques non indispensables, surtout entre 19 heures et 23 heures, afin de réduire l’ampleur et la durée des délestages.
De même, nous vous recommandons l’utilisation des lampes à basse consommation pour réduire votre consommation d’énergie.
Nous vous remercions d’avance de votre collaboration et vous prions de nous excuser pour les désagréments que ne manquerons pas de vous faire subir ces perturbations.
Nous nous engageons à mener toutes les actions nécessaires en vue d’un retour à une situation normale dans les meilleurs délais.

 

 

Le reste du communiqué est composé du planning des délestages du mois de janvier et surtout de la composition des tranches. En habitant Dakar, j'ai eu énormément de mal à comprendre dans quelle tranche nous nous trouvons. A priori, selon les coupures du jour, nous serions dans la tranche A mais rien n'est moins sûr... Si cela en intéresse certain, le communiqué se trouve ici à la rubrique "Communiqués".

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 20:01

Un grand classique de la cuisine française au programme du jour. Cette recette est vraiment top top top !

 

 

Paupiettes de veau

 

22 - Paupiettes de veau

 

Ingrédients (pour 6 personnes) :

 

6 escalopes de veau très fines de 100 g environ

250 g de jambon

200 g de collet de veau

1 oeuf

60 g de beurre

1 bouquet de persil

Thym, laurier

3 échalotes

2 oignons

4 tomates

1 verre de Porto rouge (ou de Madère)

150 g de crème fraîche

Sel, poivre

 

Préparation :

 

Tailler les bords des escalopes pour en faire des rectangles réguliers. Les aplatir avec un rouleau à pâtisserie légèrement mouillé.

Hachez finement les morceaux enlevés, le jambon, le collet, le persil, deux branches de thym, une feuille de laurier. Saler et poivre. Ajouter un oeuf et une bonne cuillère à soupe de crème. Mélanger intimement le hachis.

Dans chaque escalope, mettre une cuillerée à soupe de hachis, puis bien ficeler le paquet.

Dans une sauteuse, faire fondre le beurre, disposer les paupiettes et les faire dorer lentement, pendant 20 minutes environ, sans laisser brûler le beurre.

Mouiller avec le Porto, ajouter les tomates coupées en deux, les oignons, les échalotes, un bouquet garni. Saler, poivrer puis couvrir et laisser mijoter 30 minutes.

Sortir les paupiettes et les réserver dans un plat. Dans la garniture, ajouter le reste de la crème puis faire chauffer sans laisser bouillir. Passer à travers une passoire fine puis couvrir sur les paupiettes.

Servir accompagné d'épinards passés au beurre, de pâtes, de riz ou de pommes sautées.

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 21:53

Musicien sénégalais né en 1954 au Niger, Ismaël Lô est une star incontesté de la musique sénégalaise. Ses mélodies sont superbes tout comme sa voix. Il est surnommé le "Bob Dylan africain". Par ailleurs, il est chevalier de la Légion d'Honneur. Si vous vous souvenez, je vous l'avais fait découvrir ici. C'est mon chouchou de tous les chanteurs sénégalais que je connais.

 

Le plus simple pour le découvrir est de l'écouter :

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent - dans Musique maestro
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 20:02

Voici ce que donne un feu d'artifice avec mon ancien appareil photo :

 

22 - Feu d'artifice

Repost 0
Published by Laurent - dans Jeudi photo
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 19:51

Actuellement, nous vivons des heures sombres du Sénégal, et ceci au sens propre comme au figuré. Tous les quartiers de Dakar ont vécu sans courant toute la journée. Pas un ne fut épargné. Un truc de fou ! Ceci a engendré des émeutes dans toute la ville. Voici comment les journaux relatent les évènements.

 

 


Chaude nuit, hier, dans les quartiers de Dakar. Comme s’ils s’étaient passé le mot, les jeunes des différents quartiers de la capitale ont vigoureusement manifesté leur courroux contre les coupures d’électricité. Ils ont brûlé des pneus dans les principales artères de la ville rendant la circulation quasi impossible.

 

Il était difficile de circuler dans les différents quartiers de Dakar, hier soir. Les jeunes des différents quartiers ont, en effet, brûlé des pneus sur les principales artères de la capitale pour manifester leur mécontentement contre les longues et interminables coupures d’électricité. De Grand Dakar au boulevard du Centenaire en passant par la Voix de dégagement nord (Vdn), Grand-Yoff ou encore les Sicap Liberté, les automobilistes ont connu des heures difficiles. Eux, qui étaient obligés de faire d’incroyables détours pour échapper à cette furie populaire. Les conducteurs de taxis les plus prudents ont même préféré débarquer leurs clients et d’aller garer leurs véhicules.

 

Pendant ce temps, la police anti-émeute faisait des rondes autour des quartiers à la recherche de regroupements de jeunes semeurs de troubles. Qui eux, on ne sait par quels artifices et par quels moyens de communication, semblaient déjouer le piège. Recroqueviller dans leurs coins, ils guettaient les patrouilles pour y échapper avant d’aller ouvrir discrètement d’autres fronts ailleurs. Une situation que ne semblaient pas fustiger certaines populations. En effet, une dame rencontrée, sur notre parcours, voyant des jeunes brûlés des pneus vers Derklé, balancera : ‘Si j’étais dans les dispositions, j’allais moi-même en faire autant. On est tous fatigués. On n’a jamais de l’électricité. Le courant n’est pas fourni correctement, les factures sont trop salées et ils ne tolèrent aucun retard dans leur règlement’, s’indigne-t-elle.

 

Déterminés à contraindre Senelec à respecter ses engagements vis-à-vis des populations, les jeunes ont continué leurs actes jusque tard dans la soirée. Obligeant même la hiérarchie policière à se déplacer sur le terrain pour superviser les opérations. En effet, vers 23 heures, une unité de police, accompagnée de sapeurs-pompiers, était obligée d’intervenir devant le siège du groupe Wal Fadjri, pour éteindre le feu et dégager les débris de pneus qui rendaient la circulation difficile sur cette artère très fréquentée. Interpellé, le commissaire en charge de cette opération refuse de piper mot sur le dispositif pris pour mettre fin à ce vandalisme. ‘On ne peut rien vous dire’, s’est contenté de nous lancer gentiment l’officier.

 

Rappelons que la société nationale d’électricité, qui fait face depuis quelques années à des difficultés pour assurer une fourniture correcte en électricité, pousse chaque année ces jeunes à bout. Ces derniers s’en prenaient au début à ses agences pour les saccager avant d’en être dissuadés par les forces de sécurité qui y montent la garde. Mais, les choses se sont exaspérées cette année. Parce qu’on a jamais vécu de telles émeutes en de pareils moments de l’année où la consommation d’électricité chute à cause de la fraîcheur qui sévit sur Dakar.

 

 

Source : Seyni DIOP

Repost 0
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 23:44

Voici la blague du jour envoyée par une collège professeur de français.

 

 

Le professeur demande à Toto le temps auquel sont conjugués les verbes de la phrase suivante : "Ils ne voulurent pas avoir d'enfants, mais il en eurent six."

Et Toto de répondre : "C'est du préservatif imparfait !"

Repost 0
Published by Laurent - dans Humour
commenter cet article

Petite Présentation

  • : Le blog de Laurent
  • Le blog de Laurent
  • : Ce blog sert à montrer ma vie au Sénégal
  • Contact

Histoire De Trouver Un Truc

Archives