Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 16:19

D’après la famille Mbaye, son enfant de 5 ans ne serait pas décédé si le Consul de France à Dakar ne lui avait pas refusé le visa ainsi qu’à son médecin traitant. Ainsi, le père du garçonnet annonce une plainte contre les autorités consulaires françaises.


Les familles Mbaye de Dakar et de Strasbourg ne décolèrent toujours pas contre les autorités consulaires de France à Dakar, à la suite du décès de leur fils, Seydina Mouhamed. Cet enfant de 5 ans a rendu l’âme, samedi dernier à Strasbourg, des suites d’une tumeur cérébrale. Seulement, le pire aurait pu être évité si le Consul de France n’avait pas rejeté la demande de visa alors introduite par la famille et le médecin traitant de Seydina Mouhamed. Le refus du sésame d’entrée en terre française pour des raisons médicales a retardé la prise en charge de l’enfant pendant plus de dix jours. Et la famille d’annoncer une plainte contre Michel Comadro, le responsable du Service des visas au Consulat de France à Dakar, ce matin, pour «non-assistance à personne en danger». «Une plainte sera déposée pour qu’aucun autre enfant ne perde plus la vie pour des considérations subjectives et pour les caprices des gens du Consulat de France», selon le père de l’enfant qui nous a joints au téléphone, de Strasbourg.

Ce drame vécu par le môme Seydina Mouhamed a commencé au début du mois de mars avec la persistance de sa maladie. Le jeune garçon souffrait d’une tumeur  cérébrale. Après un traitement intensif dans une structure hospitalière de la capitale, sentant la gravité de la maladie, le médecin recommande l’évacuation de l’enfant en France. Son père, qui vit à Strasbourg avec son épouse française, pilote le dossier qui est transmis au Service d’oncologie et d’hématologie pédiatrique de l’Hôpital de Hautepierre de Strasbourg. Après étude du cas, le chef de ce service, le Professeur Patrick Lutz, «certifie pouvoir prendre en charge l’enfant Seydina Mouhamed sous couvert d’une prise en charge par la Cpam de Bas-Rhin». Pour étoffer le dossier, une attestation d’accueil signée par l’épouse du père de l’enfant, en date du 3 mars dernier, est jointe au dossier de demande de visa. Ce document signé par le premier adjoint au maire de la ville de Strasbourg, Claude Froely, atteste de la possibilité pour Mme Mbaye d’accueillir l’enfant durant son séjour médical. Sans compter l’attestation de prise en compte de l’enfant par l’Assurance maladie. Malgré toutes ces pièces fournies, le visa est refusé à l’enfant le même jour, soit le 10 mars 2011.

 

Le «dilatoire» du Consulat de France


Devant cette situation, la famille tombe des nues et le père de joindre le responsable du service des visas, M. Comadro. Les échanges houleux aboutissent à des écarts de langage. La pression de la famille et la médiation de l’Ong Grave d’Adama Sow finissent par payer. Dans une correspondance adressée à Mme Mbaye, le consul adjoint explique les raisons du refus de délivrer le visa à l’enfant. «Eu égard aux circonstances, j’ai toutefois instruit le dossier, à l’aune des pièces qui y avaient été versées, entérinant de facto le risque d’un détournement de l’objet du visa (visa de court séjour en lieu et place d’un visa de long séjour approprié à la situation de ce mineur).» Et M. Comadro de se raviser : «Il se trouve néanmoins qu’un certain nombre de documents d’intérêt faisaient défaut et qui ne m’ont pas permis de délivrer le visa sollicité. Je peux bien évidemment réviser ma décision.» Un nouveau dossier est constitué et déposé au Consulat. Le visa est délivré à l’enfant, mais le consul exige qu’il soit accompagné d’un médecin. Paradoxalement, le visa est refusé à son médecin traitant. D’après les confidences d’Abdoul Aziz Mbaye, oncle de l’enfant qui suivait la procédure, des avis sont même passés par Dj Koloss à Zig Fm pour appeler un médecin détenteur de visa à accompagner l’enfant très mal-en-point.

Cette situation a retardé l’évacuation de l’enfant qui finira par être amené par un médecin qui s’est proposé de l’accompagner. Seydina Mouhamed quitte finalement Dakar dans la soirée du samedi au dimanche pour arriver à Paris après un transit au Maroc. Selon les témoignages de son père, l’enfant est arrivé à Paris dans un état critique. Il était dans le coma avec une infection pulmonaire. Il ne s’était pas alimenté durant des heures.  D’ailleurs, c’est par hélicoptère qu’il est acheminé à l’hôpital de Strasbourg. «Les médecins ont fait part de leur regret de le sauver, car il a été évacué tardivement.» Conséquence funeste : Seydina Mouhamed, « petite grande âme » , comme Hugo le disait de Gavroche, après une courte vie de 5 ans, s’est envolé.

 

Auteur : Ndiaga Ndiaye

Source : L'Observateur

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Petite Présentation

  • : Le blog de Laurent
  • Le blog de Laurent
  • : Ce blog sert à montrer ma vie au Sénégal
  • Contact

Histoire De Trouver Un Truc

Archives