Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 21:50

Essayons d'être organisé afin de ne rien oublier des sentiments et émotions que m'ont fait ressentir ce voyage.

 


Chapitre 1 : Laurent et Cie

 

Pas grand chose à dire, Laurent étant un ami, je savais que je serais bien accueilli. Juste un bémol : il voulait absolument tout gérer et que je n'achète rien, alors que bon cela me paraissait normal de participer au moins pour la bouffe, enfin bon. On note que malgré une présence récente à Dakar, Lolo a su rapidement saisir et adopter le mode vie locale, et qu'il a acquis une très bonne connaissance de son environnement. Ce dernier point est d'ailleurs sûrement à mettre en lien avec le fait que Laurent, tolérant et conciliant, à su s'entourer et sympathiser avec des personnes adorables : Johanna tout d'abord et essentiellement, qui est la gentillesse (mais aussi la taquinerie) même, mais aussi une pensée pour Jérémie, ami de Johanna, que j'ai bien apprécié. En prévision de tout cela, n'hésitez pas à charger vos sacs de voyages de Nutella et de pâté (pour le pâté contactez moi). Concernant l'adaptation de Lolo, grâce à lui, et à son organisation surtout, je me suis très vite senti à l'aise et j'apprécie fortement qu'il m'aie lancé dans le grand bain Sénégalais à peine un jour après mon arrivée. Je crois qu'il a bien compris comment j'aimais profiter de mes voyages, et qu'il adaptera sans problèmes le Sénégal à votre façon de voyager.

Chapitre 2 : Le Sénégal

 

Alors là forcément, beaucoup de choses à dire, en bien et en moins bien.
Commençons par... ce que j'ai aimé mais je suis spécial.
Ce que j'ai aimé au Sénégal, comme je l'avais aimé au Maghreb, et je vous en avait parlé je crois sur le blog, c'est ce joyeux bordel qui fait battre le cœur de l'Afrique. Circulation routière anarchique, possibilité de commercer n'importe quoi avec n'importe qui et cela n'importe ou, odeur de voiture, de détritus mais aussi gens souriants et qui sont toujours prêts à renseigner et à parler (plus ici qu'au Maghreb, mais bien souvent tout autant intéressés, ce qui est normal). Et puis j'aime tout simplement quand je sais que je suis touriste prendre le temps de marcher dans la rue, croiser des gens, aller faire des courses pour Laurent à l'épicerie du coin. Une anarchie gentiment organisée.
Ah l'épicerie/alimentation à côté de chez Laurent, un de mes meilleurs souvenirs de Dakar (non non je ne mens pas). Pourquoi ? Parce que tout le quartier s'y retrouvais, et qu'à chaque fois que j'allais y acheter du pain thon, du pain, des clopes ou un jus de fruit, je pouvais discuter le bout de gras, et demander des conseils, des services... Discuter, voilà le maître mot de la vie en Afrique j'ai l'impression, et cela est d'autant plus vrai lorsque l'on veut acheter quelque chose, que cela soit un souvenir en ébène ou une course en taxi. Alors très franchement, au bout de 10 minutes de marchandages pour savoir si on va payer le taxi 1000 FCFA ou le souvenir en ébène (et encore pas forcément) 2500 au lieu de 10000, on est crevé, d'ailleurs Lolo me disait qu'il n'appréciait pas forcément tous les marchés. Le fond du problème c'est que le pays est assez pauvre (j'y reviendrai) et que l'on se demande quand même si la personne en face a vraiment faim ou si elle essaie de t'embobiner. Cela dit, une fois que l'on a pris le pli, ça devient plus facile. Et puis si le prix final que l'on propose est trop bas, le vendeur laissera tomber. Ils ne vendront jamais à perte, retenez bien ça futurs visiteurs !
Et puis aussi la bouffe, mais ça je suis vraiment très spécial. J'ai tout aimé, mis à part la banane plantain peut être. Les pains thon, le café Touba, les plats traditionnels ou non, de toutes manières, vous me connaissez, tout ce qui marche, nage, pousse ou vole est fait pour satisfaire mon insatiable appétit.
Alors ce que j'ai aimé, et je pense que tout le monde a aimé ou aimeras, ce sont : l'île de Gorée et Saint-Louis, que je classe dans la même catégorie, le climat, les paysages, la gentillesse des gens, la réserve du Djoudj (à côté de St Louis, mais j'ai aimé avec quelques réserves ^^).
Ce que je n'ai pas aimé, on est parfois harcelés, surtout dans les gros marchés ou les lieux fortement touristiques, les moustiques (mais vu la saison ça allait), la pauvreté due à une mauvaise politique et la pollution qui en découle, et enfin et surtout le manque de culture, d'histoire, de sites historiques, et encore plus le manque d'entretien du peu de monument qui sont pourtant dignes d'intérêt.

Chapitre 2-A : Ce que j'ai aimé

Tout d'abord, le climat : c'est toujours agréable de se barrer de France en plein hiver, a fortiori de survoler une grosse tempête, et d'arriver dans un pays ou il y a deux saisons : l'été et l'été pluvieux. Passer de 5°C à 25°C voire 30°C (et plus en plein soleil), j'adore (oui je sais et pourtant je rêve d'aller au Canada).
Ensuite, et c'est le gros de ce que j'ai aimé, ce sont St Louis et Gorée, parce que franchement, l'architecture coloniale, c'est magnifique. En fait, cela m'a un peu fait penser, plus qu'à de l'architecture coloniale, à ce que l'on peut voir en Louisiane, de grandes maisons, mais moins grandes et surtout moins sophistiquées. Non franchement ce sont deux sites à faire, les plus chargés en histoire et en architecture. Malheureusement, si Gorée et bien entretenue, ce n'est pas le cas de St Louis, qui ne semble subsister que grâce à ce que les gouverneurs locaux distribuent après s'être servi dans les différentes contributions internationales. Petite parenthèse sur Saint Louis : l'auberge de jeunesse est génialissime. Outre le fait qu'elle soit hygiéniquement plus que tolérable, il s'y trouve en permanence toute une tribu de personnes venant pour autant de raisons différentes que pour un temps différent. J'y ai rencontré un anglais en vadrouille, deux américaines en stage sur l'Afrique de l'ouest, des retraités Français, des membres d'ONG, vraiment une super ambiance et bien sûr le proprio, le cuistot, divers guides et vendeurs qui se connaissaient tous et avaient tous de bons conseils. Fin de la parenthèse. J'ai pris aussi pas mal de plaisir à vadrouiller dans la langue de Barbarie, entre l'île et la mer. Si la partie urbanisée n'a pas grand intérêt,  l'Atlantique Africain est fantastique à voir, avec les pirogues de pêcheurs qui semblent toujours prêtes à partir. Et le tout malgré la pollution... Gorée est plus jolie à voir mais finalement peut être trop touristique, donc moins authentique, mais elle vaut très très largement le détour. Cela étant, si je fait le point, c'est de loin mon escapade à St Louis que j'ai préféré. Histoire de ne rien occulter, un petit mot sue le voyage épique, odysséique qui m'a amené de Dakar à St Louis. On arrive à la gare routière, qui fourmille, vrombit, s'agite dans tous les sens possibles. On attrape un bus après s'être fait attrapé par 50 propriétaires de bus (pas de mauvais jeux de mots ou de mauvaises interprétations svp), on part 2 heures après être arrivé, car le bus doit être plein, et on arrive plus de 7 heures après à St Louis. Départ de chez Lolo à 7h pétantes, arrivée à l'auberge 16h pétantes. Grosse fatigue, grosse faim, grosse envie d'uriner, mais heureux d'avoir connu cette expérience. A faire selon moi.
Les paysages sont très beaux j'ai trouvé, par exemple Dakar qui est une ville assez moche, prise en photo depuis Gorée, c'est assez impressionnant. Les plages et l'environnement de St Louis, la route Dakar-St Louis, la côte de Dakar....Plein de choses dont je ne me rappelle pas forcément car j'ai vu plein de trucs mais prendre des photos reste assez difficile.
La gentillesse des gens  je vais pas trop m'attarder, tout le monde doit se faire une idée tout seul, mais contrairement à la Tunisie ou au Maroc, elle m'a quand même semblé moins intéressée ici.
Enfin le Djoudj, j'ai apprécié mais finalement sans plus, je vais m'expliquer. Cela reste très beau ces rassemblements d'oiseaux, des pélicans impressionnants tant par leur taille que par leur nombre, mais j'ai l'impression que j'ai pas compris toute la mesure de la chose : j'étais avec des passionnés d'ornithologie sur la barque, et tandis que j'avais juste l'impression de visiter un zoo en plein air, ils étaient subjugués totalement par ce qu'ils voyaient. Je me suis demandé si je ratais quelque chose, mais en fait c'est juste que les oiseaux, c'est intéressant pour moi, sans plus. Après il y avait des serpents, des crocodiles, des phacochères, c'était vraiment à faire, mais c'est pas ce que j'ai préféré.

Chapitre 2-B : Ce que j'ai moins aimé

En fait, tout ce que je n'ai pas aimé peut être rattaché à ce que j'appellerais une gestion débile, bananière, corrompue.
Alors quand j'ai dit que je n'aimais pas la pauvreté, ça veut pas dire que je préfère passer mes vacances dans un centre Club Mmed loin des mendiants qui m'entourent. Ce qui m'a vraiment gonflé au Sénégal, et je pense que c'est un des grands maux qui rongent les pays africains, c'est cette incapacité à gérer de manière pragmatique une économie et un pays. En fait, je ne pense pas que les dirigeants soient des cons, loin de là, c'est juste que formés en Europe, ils essaient de se faire un max de fric sur le dos des populations qui les ont élus. Par exemple, le gros sujet de discussion quand je suis arrivé c'était une statue fondue et montée à Dakar, en l'honneur du 50ème anniversaire de l'indépendance. Le truc il a coûté 65 milliards de FCFA apparemment, car tout en bronze et mesurant plus de 40m je pense. Et d'après ce que m'en ont dit Lolo et Johanna, le président Wade va se faire 30% sur les visites de la statue. Parallèlement à cela, la ligne de chemin de fer Dakar/St Louis est à l'abandon. Un autre truc que j'ai trouvé effrayant : j'ai l'impression que les Sénégalais sont pour beaucoup dans l'image, et que c'est entretenu par cette mauvaise gestion. Par exemple il y a un bon réseau de téléphones mobiles j'ai trouvé, mais à côté de ça, il y a des coupures d'eau et d'électricité presque chaque jour à Dakar. Je me rappelle avoir parlé des coupures électriques avec Jérémie et Johanna, je leur disais que vu le niveau d'ensoleillement de Dakar (plus de 300 jours de soleil/an je crois) ou l'exposition au vent de St Louis, je ne comprenais pas pourquoi il n'y avait pas plus d'éoliennes ou de panneaux photovoltaïques. D'après Johanna, la Senelec (EDF) et l'État sont un peu trop proches et maintiennent une production électrique grâce aux combustibles. Et à côté de ça, même si je n'ai pas vu de personnes qui semblaient dénutries ou dans une extrême pauvreté (mais bon j'ai pas vu grand chose non plus) tout se dégrade, l'hygiène n'est quand même pas partout au rendez-vous, on peut sur la route de Saint Louis croiser des animaux morts dilatés par les gaz de décomposition, et les gens balancent tout par terre. A Saint Louis, j'ai fait une balade sur la plage et autour du port, en longeant la mer puis le fleuve, et heureusement que j'avais pas pris mes tongs, il y avait plus de plastique que de sable (après ce sont peut être aussi les marées ou les courants), quant au retour vers l'auberge, avec l'anglais qui était venu avec moi on a vraiment eu du mal par moments, tant l'odeur était pestilentielles et que ce pauvre cours d'eau servait de décharge à ciel ouvert. J'ai trouvé le Sénégal assez sale, mais bizarrement, je ne pouvais en tenir rigueur aux sénégalais, plutôt à une absence totale de politique intelligente de l'État Sénégalais sur beaucoup de domaines. Pourtant il y a des ressources énormes, tant humaines que naturelles. Merci la France et sa gestion des Républiques inféodées africaines.
Et puis pour en finir, le manque de culture et d'histoire et toutes ces choses que j'aime bien. Peu de musées, peu de sites historiques. Là encore je n'ai passé qu'une semaine, mais mes impressions ont été confirmées par Lolo qui lui aussi semble avoir du mal à se divertir. Et non seulement il y a peu de vie culturelle, mais en plus le peu qu'il existe n'est pas ou peu entretenu, soit parce que les terrains doivent être nettoyés pour faire place à de nouvelles constructions, soit parce qu'il n'y a pas d'argent. J'ai trouvé la gestion de ce pays calamiteuse au regard des richesses qu'il renferme. D'ailleurs je vous invite à aller sur le lien posté par Alix sur le Blog de Laurent.

 


Voili voilou pour mes impressions sur mon voyage. Je dirais quand même que globalement, j'en suis très satisfait, car j'ai été immergé totalement dans une société inconnue, et c'est comme ça que j'aime découvrir le monde. Je regrette de ne pas y être resté plus longtemps, car j'aurais aimé aller dans le Sine Saloum, en Casamance, et j'y aurais sûrement rencontré beaucoup d'autres personnes et vu d'autres choses magnifiques. Je n'ai pas évoqué deux trois trucs, comme l'état des taxis, la conduite sénégalaise et surtout les enfants talibés, mais là je suis crevé et je dois aller faire des courses.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent - dans Guest stars
commenter cet article

commentaires

Joelamouk 13/03/2010 10:14


Oui mais comme il ne me restait plus que 100 FCFA, je n'ai pu obtenir que 50 feuilles^^


florent 12/03/2010 23:54


Tu déboites JB quand tu écris, ça donne super envie de découvrir tout ça.

(t'as pensé à acheter du PQ?)


pedro 12/03/2010 10:32


Super Post JBete, vraiment.
Et super conclusion aussi qui nous fait de suite sortir de la rêverie :p


Régis 12/03/2010 09:32


On ne se connait pas mais c'est un très joli récit que vous nous faites partager.Sans connaitre l'endroit, on en voit les images...merci.


Petite Présentation

  • : Le blog de Laurent
  • Le blog de Laurent
  • : Ce blog sert à montrer ma vie au Sénégal
  • Contact

Histoire De Trouver Un Truc

Archives